Home Gastronomie Au bistrot parisien “Benoit”

Au bistrot parisien “Benoit”

407
0
SHARE

Benoit_mise_en_place1_tablemarie_hennech_1Il est un bistrot parisien qui a su garder son authenticité ! Un de ces « lieux de mémoire que de grands artistes, dès le Second Empire, ont décoré de miroirs, de vitraux et de stucs, de carreaux émaillés et de boiseries ; ce sont d’authentiques lieux de vie où la choucroute, la sole meunière ou la tarte aux pommes s’imposent dans une franche convivialité » décrit Alain Ducasse dans son Dictionnaire Amoureux de la Cuisine.

« Benoit »  !

Tout commence en 1912, quand l’endroit est acheté par Benoit Matray, boucher de métier et doté d’une excellent mémoire gustative. Avec une clientèle composée de commerçants du Paris artistique et pittoresque des Halles, le restaurant « Benoit » devient très vite un lieu de vie animé et incontournable où Benoit Matray reçoit en ami bon vivant et généreux. En 1961, Michel Petit succède à son grand-père.

Il apporte avec sa femme quelques changements au « Benoit », comme le salon privé au 1er étage, l’agrandissement de la salle et l’enjolivement de la cave. Mais surtout, il rappelle la vieille mère Marie auteur d’un cahier de recettes secrètes qui ont fait le succès des lieux. Et même si les Halles sont parties et que la clientèle a changé, l’esprit de convivialité et de partage, lui, s’est encore épanoui. Puis en 2005, après de nombreuses années de succès Michel et Catherine Petit cèdent à leur tour « Benoit » ! C’est le Groupe Alain Ducasse qui reprend les rennes perpétuant la tradition du bistrot tout en lui apportant la modernité nécessaire. Le charme est resté intact. Dehors, on ne distingue rien de l’intérieur. La salle est dissimulée par des voilages de fine dentelle. Poussées les deux portes, on pénètre dans un univers bistrotier typiquement parisien. Du carrelage aux boiseries, des banquettes de velours rouge aux cuivres, des vitres de verre gravé aux colonnes en faux marbre, des lampadaires au bar, des grands miroirs aux reproductions d’ambiance de beaujolais. En reprenant « Benoit», Alain Ducasse a souhaité remettre à l’honneur les produits du terroir et les spécialités de la cuisine de tradition française et célébrer leur goût. C’est David Rathgeber, formé à la brasserie chic de l’hôtel « Plaza Athénée » avenue Montaigne : « Le Relais Plaza » et ancien chef du bistrot « Aux Lyonnais », qui a pris la direction des cuisines.

Aujourd’hui la visibilité du « Benoît » est devenue internationale puisque le nom brille même dans l’un des quartiers les plus en vue de Tokyo.

Restaurant Benoit  20, rue St Martin 75004 Paris

Crédit Photo : Marie Hennechart

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!