Home Gastronomie Rémy Cointreau : l’Europe et l’Asie boostent les ventes

Rémy Cointreau : l’Europe et l’Asie boostent les ventes

394
0
SHARE

Remy_cointreauLe groupe de vins et spiritueux Rémy Cointreau a enregistré une hausse de 3,3% de son chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de son exercice à 630,8 millions d’euros.

Raison d’un tel succès, tout de même très relatif selon certains : les consommateurs des marchés asiatiques et européens et l’engouement pour le champagne.

Ces résultats ont toutefois déçu la Bourse de Paris où le titre était en nette baisse dans la matinée.

A taux de change comparables, la progression est de 7,9% par rapport à la même période de l’année précédente. La Chine, Singapour et la Russie continuent de tirer les ventes de cognac. Aux Etats-Unis, la demande des consommateurs est restée bonne, malgré « un contexte commercial clairement marqué par la prudence », note par ailleurs le groupe. Joliment dit, pour ne pas employer le terme de « craintes d’une récession ».

Pour l’ensemble de l’exercice qui sera clos le 31 mars, le groupe "confirme une croissance organique significative de sa rentabilité opérationnelle".

Sur les neuf premiers mois, les champagnes ont tiré le chiffre d’affaires avec une progression de 13,8% tandis que les cognacs sont en hausse 2,4%. Rémy Cointreau fait ainsi remarquer que les performances de Piper-Heidsieck et de Charles Heidsieck ont été excellentes sur le troisième trimestre de l’exercice, une période traditionnellement importante pour l’activité.

Les liqueurs et spiritueux affichent une hausse plus modeste de 0,3%.

Le groupe souligne que ses propres marques (à l’exclusion des marques partenaires dont il assure la distribution sur certains marchés) sont en hausse de 4,1% sur un an (+8,2% à taux de change comparables).

A la Bourse de Paris, le titre perdait plus de 4% peu après l’ouverture. A 11 H 00 (8H39 GMT), l’action perdait 7,01 % à 40,49 euros, dans un marché parisien en hausse de 0,67 %. Le titre a perdu 22,5% de sa valeur depuis début novembre, où il valait 53,05 euros.

A titre d’exemple, la maison de courtage Raymond James attendait sur cette période (avril-décembre) des ventes de 637,5 millions d’euros.

Oddo Securities s’est inquiété quant à elle dans une note à ses clients d’une «croissance organique sur neuf mois en dessous de (ses) attentes», malgré un «objectif maintenu» pour l’ensemble de l’année.

Sources : AFP, Rémy Cointreau, Afx

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!