Home Aéronautique Boeing travaille sur l’avion “électrique” de demain

Boeing travaille sur l’avion “électrique” de demain

277
1
SHARE

futuristic_700.jpgDeux équipes de Boeing Research & Technology (BR&T) ont rendu au début du mois, après 18 mois d’études, leur vision de l’avion électrique du futur à la NASA durant un programme baptisé N+3. L’un est subsonique et l’autre supersonique.

Le premier est tout en sucre, puisqu’il reçoit le sobriquet de SUGAR, pour Subsonic Ultra Green Aircraft Research. BR&T a collaboré avec Boeing Commercial Airplanes, General Electric et le Georgia Tech pour imaginer plusieurs concepts économiques hybrides.

Les concepts s’inspirent de configurations conventionnelles, comme le Boeing 737 ou réinventent le fuselage du Concorde. Ils s’appellent SUGAR Free, Refined SUGAR, SUGAR High, SUGAR Volt ou SUGAR Ray.

Sugar Volt semble particulièrement intéressant, avec sa propulsion hybride générée par des moteurs électriques à hélices, avec une assistance par turbine à gaz pour l’autonomie, et ses batteries embarquées. Le concept permettrait de réduire de 70% la consommation de fuel et de 55% la consommation totale d’énergie.

L’appareil commercial présenté sur le papier
emporterait 154 passagers sur 3’500 miles nautiques (6’500 km) à Mach 0,8 (980 km/h).

1 COMMENT

  1. VOIR “AVIATION SUPERSONIQUE ÉLECTRIQUE” À LA FIN DE CE SITE :
    CELA FAIT PLUS DE TRENTE ANS QUE TOUT CE QUI S’EST ÉCRASÉ
    N’AURAIT PAS DÛ S’ÉCRASER :
    Cela fait plus de trente ans que toute l’aviation aurait due être refaite. Cela fait plus de trente ans que l’on ne prend pas mes AILES “VIVANTES” en considération. Cela fait plus de trente ans que l’on ne me prend pas en considération . . .
    * * *
    Dernièrement, volant avec mes ailes “vivantes”, ni passagers du vol AF 447 Rio-Paris, ni Champion du Monde de Voltige dans son avion personnel, n’auraient pu être massacrés par cet pourriture d’univers :
    Voilà ce qu’aurait dû être la relation du Vol AF 447 Rio-Paris avec mes ailes :
    “ Nous volions pourtant à 11.000 mètres, lorsque brusquement, sans transition, nous fûmes surpris par des turbulences d’une violence inouïe !
    Pendant cinq minutes nous volâmes dans la tourmente. Mais nous devons à la vérité de dire que la façon dont s’est comporté notre nouveau Long-Courrier en cette circonstance, est absolument merveilleuse ! !
    Nous pûmes nous rendre compte à l’amplitude et à la rapidité des mouvements de ses ailes “vivantes” de l’état d’agitation extrême de l’atmosphère. Mais nous ne ressentîmes aucun tangage, aucun roulis, aucune secousse, aucune agitation. Nous flottions immobiles dans l’air tourmenté comme un Oiseau, et les pilotes n’eurent jamais à reprendre les commandes, laissant l’avion et ses ailes “vivantes” continuer à voler comme si de rien n’était ! ! !
    Le Champion du Monde de Voltige, quel que fut l’état turbulent de l’atmosphère, s’adaptant au peu de visibilité qu’il rencontra, serait redescendu à 30 km/h au besoin sans craindre quel que “décrochage” que ce soit, et aurait terminé son vol dans la sécurité et le confort de mes ailes “vivantes”, au lieu d’être précipités à plus de 100 km/h contre une colline.
    http://www.voler-sans-plus-pouvoir-s-ecraser.net
    jean.teremetz@free.fr
    N’ayant toujours malheureusement, ni la fortune de Santos-Dumont, ni celle d’Howard Hughes, je n’ai toujours aucun moyen de mettre au point, d’expérimenter et de réaliser quoi que ce soit . . .
    Fondamentalement, il ne peut tout de même pas être injuste que tout Trouveur soit l’immédiat et premier bénéficiaire de ses “Trouvailles” . . .
    Bien cordialement Jean Vladimir Térémetz

Répondre à Jean Vladimir Térémetz Cancel reply

Please enter your name here
Please enter your comment!