Tuesday 16th January 2018,
leblogluxe

Près de 5.000 euros pour un veau

Il n’y a pas que les œuvres d’art qui font grimper les enchères lorsqu’elles passent sous le marteau, les êtres faits de chair et d’os peuvent attirer les foules.

À l’heure actuelle, le véganisme bat son plein. Ne pas faire souffrir les animaux. Ce sont des êtres dotés de sentiments et capables de souffrir autant que nous. Mais les carnivores n’ont rien à craindre malgré cette montée en force des végans, le commerce de la viande a encore de belles années devant lui, et pour preuve une vente aux enchères de veaux comme on en voit rarement.

Petit veau d’à peine plus de 6 mois, Mesrine vient tout droit de l’élevage du GAEC Quintard à Sanxay. Il fait partie des 19 veaux mis aux enchères ayant pour thème les charolais. Ses propriétaires sont confiants. Et pour cause, un potentiel acheteur est déjà venu le voir sur l’exploitation.

Au cœur des arènes de Poitiers, tout se passe très vite. Mesrine arrive dans l’enclos où se passe les ventes, sa mise à prix est déjà à 2.400 euros mais elle n’en restera pas là. Les enchères montent encore et toujours pour se terminer sur la jolie somme de 4.700 euros.

Michel Quintard, son éleveur, est content. D’autant plus qu’il connait l’acheteur puisqu’il s’agit de la même personne qui était venue sur l’exploitation. Pour lui, l’acheteur, Serge Brunel, a été séduit par ce veau “a cause de sa finesse de viande exceptionnelle, de son aplomb, de sa qualité de race, de son état d’engraissement, de sa docilité…”

4.700 euros pour un steak… voilà une viande qu’il faudra déguster.

Partager cet article

Article de

Commenter cet article