Home Actualité Le Zimbabwe autorisé à vendre ses stocks de “diamants du sang”

Le Zimbabwe autorisé à vendre ses stocks de “diamants du sang”

467
0
SHARE

Screenshot - 07.01.2010 , 14_20_30.png(Image: un travailleur à la Botswana Diamond Valuing Company dans la capitale du Botswana Gaborone, le 26 août 2004 – REUTERS/Juda Ngwenya)

Un exceptionnelle vente aux enchères de diamants sous scrupuleuse surveillance internationale va avoir lieu au Zimbabwe, un pays au nord de l’Afrique du sud et aux méthodes de répression fortement critiquées (rappelez vous le film “Blood diamonds“).

Le pays va vendre à des acheteurs internationaux l’équivalent de 300’000 carats de diamants provenant de la mine de Chiadzwa (région de Marange), des pierres fortement critiquées par les organisations de protection des droits de l’homme, le Zimbabwe étant accusé de répression sanglante envers sa population en vue d’empêcher la contrebande de diamants issus de cette mine.

Les observateurs avaient demandé à ce que les diamants du Zimbabwe soient interdits sur le marché mais l’organisme de régulation de ce délicat mais précieux marché, le Kimberley Process Certification Scheme, a finalement autorisé les “diamants du sang”.

Le Zimbabwe a reçu une injonction d’améliorer les conditions de travail et de sécurité entourant ses mines de Marange, avec un délai de 6 mois pour parvenir à une situation raisonnable afin de permettre l’extraction de diamants dans des conditions acceptables.

Le problème est d’autant plus complexe que d’autres sociétés minières revendiquent leur part de l’extraction de diamants de la mine de Marrange. Le Zimbabwe, qui tente de se racheter une conduite auprès de la communauté internationale, empochera dans les 75% à 80% du produit des ventes prévues ces prochains jours.

La vente de jeudi prochain, qui se déroulera à Harare, sera suivie d’une autre de 300’000 carats de diamants aussi, la semaine prochaine, selon l’agence de presse Reuters. D’exceptionnelles mesures de sécurité ont été mises en place à l’aéroport international d’Harare ainsi que le long des routes environnantes.

Reuters

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!